temoin de jehovah du monde

forum par et pour témoins de Jéhovah et amis sincères de la verite
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 la vérité et le relativisme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gédéon

avatar

Date d'inscription : 12/09/2011
Messages : 6190

MessageSujet: la vérité et le relativisme.   Ven 23 Déc - 14:32

Pilate a répliqué par la fameuse question: “Qu’est-ce que la vérité?” (Jean 18:38). Voulait-il réellement une réponse? Sans doute pas. Jésus était homme à répondre à toute question, pourvu qu’elle fût sincère. Or, il n’a donné aucune suite à la question soulevée. De plus, la Bible dit que juste après, Pilate est sorti de la salle d’audience. L’interrogation du gouverneur romain était vraisemblablement une marque d’incrédulité cynique, du style: “La vérité, qu’est-ce que c’est? De toute façon, ça n’existe pas!”
Le scepticisme de Pilate au sujet de la vérité se retrouve souvent aujourd’hui. Beaucoup pensent qu’elle n’est que relative, autrement dit, que la vérité de l’un n’est pas forcément celle de l’autre, de sorte que chacun des deux partis peut avoir raison. Cette opinion est si répandue qu’on lui a donné un nom: le relativisme. Et vous, est-ce ainsi que vous voyez la vérité? Si oui, se pourrait-il que vous ayez adopté ce point de vue sans avoir vraiment creusé la question? Même si vous ne vous reconnaissez pas dans cette vision des choses, vous êtes concerné par cette philosophie à un point que vous ne soupçonnez peut-être pas.
À l’assaut de la vérité
Ponce Pilate était loin d’être le premier à s’interroger sur la notion de vérité absolue. Des philosophes grecs de l’Antiquité avaient pratiquement fait de l’enseignement du doute l’œuvre de toute leur vie! Cinq siècles avant Pilate, Parménide (considéré comme le père de la métaphysique européenne) prétendait que la véritable connaissance était hors d’atteinte. Démocrite, qu’on a salué comme “le plus grand des anciens philosophes”, a déclaré: “La vérité est profondément enterrée... Nous ne savons rien de certain.” Socrate, peut-être le plus révéré de tous les philosophes, a dit que la seule chose qu’il savait vraiment, c’était qu’il ne savait rien.
Cette atteinte à la notion de vérité accessible a persisté jusqu’à nos jours. Par exemple, certains philosophes expliquent que toute connaissance est invérifiable, puisqu’elle nous parvient au travers de nos sens, qui eux, sont susceptibles d’être abusés. Descartes, philosophe et mathématicien français, a entrepris de soumettre à examen l’ensemble de ce qu’il croyait tenir pour certain. Il a fini par révoquer toutes les assertions, à l’exception d’une seule qui lui paraissait irréfutable: “Cogito, ergo sum”, “Je pense, donc je suis”.
Une culture relativiste
Le relativisme n’est pas l’apanage des philosophes. Il est enseigné par les hommes d’Église, érigé en doctrine dans les écoles et propagé à travers les médias. Il y a quelques années, l’évêque épiscopalien John Spong déclarait: “Il nous faut abandonner l’idée selon laquelle nous détenons la vérité et qu’il appartient aux autres de se rallier à notre point de vue. Nous devons plutôt comprendre que la vérité ultime est inaccessible.” Le relativisme de Spong, comme celui de nombreux chefs religieux actuels, a tôt fait de mettre au panier la morale de la Bible, au profit d’une philosophie selon laquelle “chacun voit midi à sa porte”. Par exemple, pour que les homosexuels se sentent “chez eux” au sein de l’Église épiscopalienne, Spong a écrit un livre dans lequel il soutient que l’apôtre Paul était homosexuel!
Le système scolaire de nombreux pays semble engendrer le courant relativiste. Dans L’étroitesse d’esprit des Américains (angl.), Allan Bloom a écrit: “S’il est une chose dont tout professeur peut être absolument sûr, c’est que chaque nouvel étudiant qui entre à l’université croit, ou prétend croire, que la vérité est relative.” Bloom explique que s’il s’avisait de mettre en doute leurs certitudes sur ce point, ses élèves seraient aussi interloqués “que s’il contestait que deux et deux font quatre”.
La même tournure d’esprit est encouragée d’autres manières encore. Par exemple, il semble qu’à la télévision ou dans la presse, les journalistes ont plus souvent à cœur d’accrocher l’attention de leur public que de s’en tenir aux faits. Dans certains reportages, on est allé jusqu’à déformer ou truquer des séquences pour les rendre plus palpitantes. Dans les programmes de divertissement, la vérité est davantage encore battue en brèche. Les valeurs et la morale tenues pour vraies par nos parents ou nos grands-parents passent les trois quarts du temps pour vieillottes quand elles ne sont pas complètement tournées en ridicule.
Bien évidemment, on objectera que le relativisme est en général la marque d’un esprit ouvert, et qu’il a dès lors la meilleure influence sur la société humaine. Mais est-ce vraiment le cas? De plus, que dire de l’effet qu’il a sur vous? Pensez-vous que la vérité n’existe pas, ou bien qu’elle est relative? Dans ce cas, la recherche de la vérité peut vous sembler une question bien oiseuse. Un tel regard aura des conséquences sur votre avenir.
Revenir en haut Aller en bas
http://temoindejehovahmondi.forum-canada.com
 
la vérité et le relativisme.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'homme rejette la Loi naturelle pour imposer un relativisme éthique - notre société!
» Benoit XVI condamne le relativisme de la foi de certains croyants.....
» La vérité sur Mahomet
» Le jour ou la vérité éclata
» Vérités sur les maladies émergentes : Et si c'était les métaux lourds ?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
temoin de jehovah du monde :: Votre 1ère catégorie :: Vos questions !.-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: