temoin de jehovah du monde

forum par et pour témoins de Jéhovah et amis sincères de la verite
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mais qui était (vraiment) saint Valentin ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Gédéon

avatar

Date d'inscription : 12/09/2011
Messages : 6192

MessageSujet: Mais qui était (vraiment) saint Valentin ?   Dim 14 Fév - 8:12

Mais qui était (vraiment) saint Valentin ?
LAURENCE DESJOYAUX
CRÉÉ LE 11/02/2015 / MODIFIÉ LE 13/02/2015 À 15H58
Chaque 14 février, à l'occasion de la Saint-Valentin, le monde entier subit une attaque géante de petits cœurs, de roses et de déclarations d'amour plus ou moins sponsorisées. Injustement caricaturé en cupidon du calendrier, Valentin était à l'origine un martyr chrétien... Seul problème : lequel ?

Trouver saint Valentin n'est pas chose facile. De fait, l'Eglise catholique en propose (au moins) neuf différents, morts entre le IIIe et le XXe siècle.

Selon Nominis, le site de référence (mais parfois lacunaire) de la Conférence des évêques de France sur les saints du calendrier, seul l'un d'entre eux serait fêté le 14 février. Il s'agit de Valentin, « martyr et évêque de Terni ? » (sic), mort en 269. « Il était, dit-on, évêque de Terni en Italie et jouissait du renom de thaumaturge. Un miracle le fit connaître comme chrétien et le préfet de Rome fit mettre à mort celui qui avait mis ses pouvoirs de prêtre et ses talents de médecin au service des chrétiens prisonniers pour leur foi. »

Derrière ce récit charmant, aurait-on trouvé notre saint patron des amoureux ? La précaution oratoire – « dit-on » – tout comme le point d'interrogation à côté de l'intitulé, laisse craindre que non. De fait, la Légende dorée de Jacques de Voragine – véritable somme hagiographique, l'un des ouvrages les plus lus de la fin du Moyen-Âge – nous en propose un autre pour la même date, également mort martyr à la même époque.

Selon l'ouvrage du XIIIe siècle, il s'agit d'un prêtre, à qui l'empereur Claude demande de renier sa foi. « Valentin lui répondit : "Si tu connaissais la grâce de Dieu, tu ne parlerais jamais ainsi, mais tu renoncerais aux idoles pour adorer Dieu qui est, au ciel." » L'interrogatoire se poursuit, et les réponses de Valentin finissent par troubler l'empereur. « Alors, Claude, s'adressant à ceux qui étaient présents : "Romains, leur dit-il, écoutez comme cet homme parle avec sagesse et droiture" », relate la Légende dorée. Mais le préfet, voyant que l'empereur Claude se laisse convaincre, l'en dissuade et confie Valentin à la garde d'un soldat. Celui-ci l'emmène chez lui. Valentin soigne sa fille qui était aveugle et convertit toute la maison. Ce qui n'infléchit pas le cours de l'histoire : l'empereur le fait décapiter (en 280).

Comment réconcilier ces deux vies de saints ? Pour qui se pose la question, la réponse se trouve dans le martyrologe romain traduit en français dans son édition de 1705. « Les plus anciens exemplaires du martyrologe de S. Jérôme, explique l'ouvrage, le marquent ainsi : A Terni sur le chemin de Flaminius à soixante et quatre milles de Rome, S. Valentin, sans spécifier s'il étoit Prêtre (…) Ce qui a fait diviser ce Saint en deux, sont les deux diverses Vies qui lui ont été dressées dans les siècles postérieures : l'une de son Eglise de Rome ; l'autre pour celle de Terni : la première le fait prêtre, martyrisé et inhumé ce jour-cy au Faubourg de Rome sur le chemin de Flaminius ; la seconde le fait Evêque de Terni et martyrisé pres cette ville. Les Martyrologistes venus depuis ces deux Vies ont quitté S. Jérôme pour s'y attacher ».

La confusion viendrait donc d'un chauvinisme d'hagiographes et les deux martyrs n'en feraient en fait plus qu'un. Revoilà Valentin, seul et unique ! Ou presque... (Mais nous allons y revenir.)

Une date minutieusement choisie
Comment, dès lors, ce saint martyr à la vie pas franchement romantique s'est-il retrouvé patron des amoureux (et des apiculteurs, disent certains, filant involontairement une jolie métaphore de butinage) ? On sait que c'est le pape Gélase qui a fixé sa fête au 14 février par un décret (en latin) publié en 495. Mais le texte ne dit pas pourquoi ce saint – dont la fin inspire davantage les hauts-le-cœur que les battements enamourés – est le protecteur de ceux qui s'aiment. Une lacune toutefois peu étonnante, car cette assimilation de Valentin à l'amour n'apparaît pas avant le haut Moyen-Âge.

Est-ce pour contrecarrer la fête païenne des Lupercales, célébrée le 15 février et dédiée au dieu de la fécondité Lupercus, que la Saint-Valentin a pris de l'importance et a fini par être associée à une fête liée à l'amour ?

Est-ce plutôt parce que la date du 14 février correspond au début de l'accouplement des oiseaux que la légende a pris forme ? Est-ce enfin, comme le raconte une autre légende rapportée à Radio Vatican par Michel Berardo, président de l’association Saint-Valentin, parce que le martyre du saint serait lié au mariage ? « La légende que je raconte le plus souvent, c’est celle de l’empereur Claude II, explique ainsi Michel Berardo. Il voulait des militaires fervents et forts, et le père Valentin avait tendance à marier ou à bénir les militaires... Une démarche qui ne plaisait pas à l’empereur, car il pensait qu’il fallait impérativement être sévère avec ces militaires. Donc c’est ce point-là qui a fait condamner Valentin. »

Reprenons. Deux martyrs qui n'en font qu'un, trois légendes, fin de l'histoire ? Non ! L'Encyclopédie catholique de 1913 (en anglais), fait en effet état d'un troisième Valentin, tapi dans l'ombre, qui serait lui aussi fêté le 14 février... Celui-ci aurait souffert en Afrique avec d'autres martyrs, mais « nous n'en savons pas plus », précise l'encyclopédie. C'était bien la peine... Peut-être faut-il pourtant y voir un signe : choisissez donc vous-même avec quel martyr vous préférez fêter la saint Valentin !

_________________
(Romains 8:31)  Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?
Revenir en haut Aller en bas
http://temoindejehovahmondi.forum-canada.com
Gédéon

avatar

Date d'inscription : 12/09/2011
Messages : 6192

MessageSujet: Re: Mais qui était (vraiment) saint Valentin ?   Dim 14 Fév - 10:14

Laurent Pujo-Menjouet, jeune mathématicien lyonnais a cherché à savoir si statistiquement une relation amoureuse peut, durer. Dans cette matière, plusieurs chercheurs ont déjà tenté des équations. Elles riment rarement avec toujours.

Quoi ? L’amour, cet enfant de bohème qui n’a jamais connu de loi se plierait aux mathématiques ? Même les moins romantiques trouveront l’hypothèse singulière. Laurent Pujo-Menjouet, maître de conférences à l’Université Lyon 1 et chercheur à l’Institut Camille Jordan, travaille sur la question et a compilé quelques recherches qui donnent au cœur des raisons qu’il ignorait.

Il n’est pas le premier mathématicien à vouloir modéliser la dynamique amoureuse. Dans les années 90, Sergio Rinaldi s’est risqué à l’exercice en s’appuyant sur la relation platonique de Pétrarque et Laure de Sade. L’érudit du XIVe siècle était tombé amoureux fou d’une femme mariée. À partir des poèmes dédiés à la belle, et des émotions exprimées, l’italien Rinaldi a trouvé une équation. Celle-ci est circulaire. « Lorsque Pétrarque est très amoureux, Laure s’éloigne… Mais quand il prend à son tour un peu de distance, elle se rapproche » résume le chercheur lyonnais.

Le sentiment amoureux en abscisse
Une vingtaine d’années plus tard, l’économiste José Manuel Rey tente lui aussi de coller un modèle mathématique à la relation sentimentale. En posant le sentiment amoureux en abscisse et l’effort en ordonnée, il trouve un seul point d’équilibre dans un couple. Si on prend l’image d’une montagne, ce point instable se situe sur le creux du col. Pour y parvenir, il n’y a qu’un seul chemin, la ligne de crête. « Mais cela demande beaucoup d’efforts pour s’y maintenir » précise Laurent Pujo-Menjouet. Un jour, c’est le décrochage et patatras ! Le couple se retrouve alors dans une zone grise (selon le schéma de Rey) où il demeure coincé. Si l’un ou l’autre fait quelques tentatives pour tenter de rejoindre la crête, c’est peine perdue. Selon l’économiste cette vallée (de larmes ?) mène à la fin de la relation.

Aux États-Unis, John Gottmann, surnommé Docteur Love, s’évertue aussi, depuis les années soixante-dix, à mettre au point des calculs qui lui permettent de prédire les ruptures… Dans son laboratoire, il a passé au crible des centaines de couples. Et selon ses investigations, l’amitié est plus sûre que l’amour pour vivre longtemps et heureux à deux !

On vous avait dit que ça finissait mal en général…
http://www.ledauphine.com/societe/2016/02/13/st-valentin-l-amour-lie-aux-maths

_________________
(Romains 8:31)  Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?
Revenir en haut Aller en bas
http://temoindejehovahmondi.forum-canada.com
Gédéon

avatar

Date d'inscription : 12/09/2011
Messages : 6192

MessageSujet: Re: Mais qui était (vraiment) saint Valentin ?   Ven 13 Mai - 13:26

Vendredi 13 : pourquoi est-ce un jour de chance… et de malchance?
Chaque année, les Français attendent avec joie, ou anxiété, un vendredi 13 dans le calendrier. Mais pourquoi cette date est-elle autant sujette à controverse ? On vous explique tout.
Voilà venir le vendredi 13, et tandis que certains vont se diriger prestement vers un bar-tabac pour espérer gagner le jackpot au Loto, d’autres redoutent déjà la malchance qui va animer leur journée.

Mais pourquoi une simple date crée-t-elle autant la controverse ? Cela tient à différents épisodes historiques qui se sont déroulés depuis l’Antiquité et qui ont jeté depuis sur chaque "vendredi 13" une ombre maléfique.

En effet, le dernier repas de Jésus (la Cène) eu lieu la veille d'un vendredi, autour de 13 personnes à table, dont Judas qui va trahir le Christ. Celui-ci sera ensuite exécuté le vendredi. Le vendredi 13 fait aussi référence à celui en octobre 1307, lors duquel le roi Philippe le Bel a fait arrêter puis massacrer des Templiers. Parmi ceux-ci, leur chef, Jacques de Molay qui, au moment de périr, aurait lancé une malédiction aux rois de France qui, il est vrai, a sonné le glas de la lignée des Capétiens directs.

A ces deux évènements, généralement considérés comme les propagateurs de la superstition, viennent s'ajouter d'autres plus récents. Le vendredi 14 janvier 2012, le navire de croisière Costa Concordia faisait naufrage au large de la Toscane occasionnant la mort de 32 passagers. Et plus récemment, le vendredi 13 novembre 2015 ont eu lieu les attentats de Paris qui ont fait 130 morts.

Mais le vendredi 13 est aussi un jour de chance

Et si le vendredi 13 est aussi une source de chance, c’est parce qu’il amalgame deux superstitions : celle du vendredi (jour de la Passion du Christ) et celle du nombre 13 (qui détruit l'équilibre, car 12 est considéré comme le nombre de la perfection chez les Grecs et Romains : 12 travaux, 12 signes du zodiaque, 12 heures par nuit et jour, 12 lunes dans l'année...). Ensemble, ils annulent l’effet de poisse, faisant de cette date précise un jour de chance.
De son côté, l'historienne Elisabeth Belmas expliquait en 2012 auprès de LCI que le vendredi 13 était synonyme de chance chez les Egyptiens et les Chinois qui considèrent que "treize rime avec deux mots qui, pris ensemble, signifient 'sûr de vivre' sinon 'destiné à prospérer'".
http://www.planet.fr/societe-pourquoi-le-vendredi-13-est-il-un-jour-de-chance-et-de-malchance.1075167.29336.html?xtor=ES-10-1075184[Planet-Alerte-Infos]-20160513

_________________
(Romains 8:31)  Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?
Revenir en haut Aller en bas
http://temoindejehovahmondi.forum-canada.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mais qui était (vraiment) saint Valentin ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mais qui était (vraiment) saint Valentin ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Valentin vegan
» Mais qui était vraiment la Papesse Jeanne ?
» aux profs expérimentés: enseigner, c'était vraiment mieux avant?
» L'islam & La saint Valentin , [Valantino]
» La saint valentin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
temoin de jehovah du monde :: Votre 1ère catégorie :: divers-
Sauter vers: